Accueil

Domaine de compétence
-
Contentieux
- Hors contentieux

Conditions générales de prestation
- Préparez votre rendez-vous
-
Tarifs
-
Qu'est-ce qu'une consultation? 
CV de Roland LIENHARDT

Les prochaines interventions de Roland LIENHARDT

Vos interlocuteurs
Pour accéder au cabinet

Nous contacter

Recrutement

Vie professionnelle

Roland LIENHARDT
Avocats à la Cour
30, rue Feydeau
75002 Paris
Tél. : 01 42 96 16 00
Fax : 01 42 96 31 00
e-mail :
avocats@lienhardt.com
Vest. E 974

Conception du site :
Internet Brother - Roland LIENHARDT

© R. LIENHARDT 2000

Peintures © Sylvie GALLANT
Tél. : 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01

© Sylvie GALLANT - O1

© Sylvie GALLANT - O1

© Sylvie GALLANT- O1

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

© Sylvie GALLANT - 01 55 79 17 65

Peintures Sylvie GALLANT
Tél. : 01 55 79 17 65

 
Conseil de l'ordre du Barreau de Paris

8 mars 2013 - 2ème Journée de la Femme du barreau de Paris -

Ou journée de promotion personnelle de Madame Christiane FERAL-SCHUHL, Bâtonnier du Barreau de Paris ?

La journée de la femme est une journée pour l’égalité des femmes par rapport aux hommes, mais c’est aussi une journée pour l’égalité et le respect des droits.

La lutte des femmes pour l’égalité a toujours été de pair avec la lutte pour la démocratie et le respect de l’état de droit.

Est-il normal que la 2de journée de la femme du barreau de Paris, avec les moyens financiers que le barreau a consacré à cette journée se transforme en journée à la gloire de la Bâtonnière et de son livre ? En accaparant les moyens du barreau de Paris pour sa promotion personnelle, Madame Christiane FERAL-SCHUHL commet des faits qui pourraient relever de la prise illégale d'intérêt au sens de l'article 432-12 du code pénal.

Roland LIENHARDT a déposé une plainte pour prise illégale d’intérêt le 6 mars 2013 auprès du procureur de la République de Paris.

 

- 2011 - Le Barreau de Paris porte atteinte à la liberté d'expression des avocats

Pour avoir écrit sur ce site internet que l'ordre des avocat était un service public et pour avoir confraternellement attiré l'attention des nombreux membres et anciens membres du conseil de l'ordre qui font abstraction de cette réalité et prennent des intérêts personnels à la gestion de l'ordre qui les placent en situation de prise illégale d'intérêt au sens de l'article 432-12 du code pénal, Roland LIENHARDT a été sanctionné d'un blâme par un tribunal ordinal composé de trois personnes, dont deux étaient directement en situation de recel de prise illégale d'intérêt, puisque ayant perçu des rémunérations de l'ordre des avocats, et étant personnellement visés par les propos qu'ils ont sanctionnés.

Cette décision qui émane d'une autorité publique et qui a pour but de faire échec à la la loi sur la presse et à la liberté d'expression garantie par la convention européenne des droits de l'homme pourrait d'ailleurs relevé d'un délit d'abus d'autorité, passible de dix d'emprisonnement au titre des articles 432-1 et 432-2 du code pénal. Étant donné que Monsieur Christian CHARRIERE BOURNAZEL qui a signé cette décision a reproché à Monsieur LIENHARDT de ne pas citer de nom dans ses propos, nous citons cette fois Monsieur CHARRIERE BOURNAZEL comme susceptible d'être poursuivi au titre de ces présumées infractions.

 

En 2006, Roland LIENHARDT et Martine BRESLER se sont portés candidats au conseil de l'ordre du barreau de Paris.

- Nous pensons que l'ordre est un service public et doit en tirer les conséquences en terme d'éthique. L'ordre doit également être irréprochable sur le plan juridique.

Or, au regard de cette analyse, de nombreux membres ou anciens membres du conseil de l'ordre nous semblent en situation de prise illégale d'intérêt et de recel de prise illégale d'intérêt..

- Nous pensons qu'il faut demander aux pouvoirs publics de modifier la réglementation afin que les élus au conseil de l'ordre en charge de mission ou de délégations puissent être rémunérés, et que les fonctions de membres ne soient pas réservés aux avocats des grands cabinets et à ceux qui espèrent se faire une clientèle par ce biais.

 


Revenir en haut de la page